Accueil


L'invité(e) du mois

Coups de coeur

Echos du vignoble

A table

La voiture du mois

Et aussi...

Les vins du mois

 

Contact


Informations

 


Votre promotion sur vignoblechos > Plus d'info ici

Nouveau chef et beaux vins au Wine Bar des Marolles

        Jamais le quartier des Marolles n’aura connu autant de notoriété entre les antiquaires et boutiques branchées attirant nos voisins parisiens ou allemands et autres voisins. Ils sont curieux à juste titre de la vraie renaissance d’une part de Bruxelles qui avait payé un horrible solde au passage des nazis pendant la deuxième guerre mondiale.
Mais en 2021, sous le soleil ou sous la pluie, les Marolles ont redoublé de vie et de ce que les Bruxellois appellent leur « Zwanze »
Le cadre sympathique du restaurant, dont les origines datent du 17ème siècle accueille avec bonheur les tableaux moins anciens, d’autres plus proches du contemporain.
C’est ici que commence la relation entre le 198 de la rue Haute et Vincent Thomaes.
       
        Du Pays des Collines à la Rue Haute de Bruxelles

        A l’âge de 16 ans, Vincent Thomaes rejoint ses deux frères aînés dans le Château du Mylord, restaurant installé à Ellezelles, ayant acquis 2* dans le guide Michelin. Il y travaillera pendant 26 ans comme maître-sommelier.
En 2007, Vincent décide de quitter le pays des Collines, sa région de naissance, pour voler de ses propres ailes et créer un restaurant à vin. Il choisira Bruxelles et sa très folklorique Rue Haute dans laquelle il dénichera deux bâtiments contigus. L’un deviendra le Wine Bar des Marolles et l’autre une boutique de produits de bouche. Le succès du Wine Bar est rapidement au rendez-vous. La clientèle est immédiatement séduite par une cuisine reposant sur des produits de première qualité travaillés avec soin dans la simplicité.
Le changement dans une excellente continuité.
Le départ de la talentueuse Angelika, ukrainienne chef de cuisine hors pair, a cédé la place à un autre talent : Alexandre Van Valck. L’entente est clairement parfaite avec le patron Vincent Thomaes. Nous ne prendrons comme exemple que l’un des plats que nous avons dégusté, réalisé sous sa patte et où une crème à l’ail noir accompagne délicatement un filet de veau et girolles. Malgré une carte de tapas très attirante où saucisson basque et chorizo côtoient le jambon ibérique ou les sardines millésimées et tomate, nous commencerons notre repas par une sucrine façon César et bœuf Holstein  fumé, l’amertume de la sucrine contrastant avec la vigueur du bœuf holstein. Notre convive a préféré des petits gris de Namur entourant une fleur de courgette.

        Sans oublier les desserts et vins

       Au dessert, le choix sera aussi limité mais présentant des charmes indéniables, entre ue figue déclinée, une assiette de fromages affinés et une coupe de glace du jour, savoureuse (nous l’attestons) produite par le glacier voisin, la Maison Zack.
La carte des vins est très complète en privilégiant les demandes actuelles. Parmi les vins et bières au verre, une Saison bio (Moinette) au fût. En champagne, le Drappier brut, en mousseux, un Via Larghe (Venise). En blanc comme en rouge, les côtes du Ventoux sont conseillés (6 à 8 euros), et quelques beaux vins français ou italiens. Mais la carte principale rencontrera le choix des autres convives, entre de beaux choix de champagnes puis des principales régions vinicoles de France avec un petit détour par l’Espagne et l’Italie.
Après le bref passage d’un sommelier, le patron reprend en charge la gestion des vins tous choisis avec grand soin, dont le champagne et les autres mousseux.

        Une visite fréquente du vignoble français permet de compléter la carte privilégiant qualité et originalité. Si elle peut sembler impressionnante, chacun des vins qui la composent a été choisi après mûre réflexion. Et dans un panel visant à rencontrer l’attente de tous les palais, c’est à un véritable tour de tous les vignobles que le dégustateur sera emmené. C’est d’ailleurs Vincent Thomaes qui s’adresse à des producteurs consciencieux de l’environnement. Dans sa recherche des produits les plus authentiques, il n’hésite pas à retourner dans sa région originelle.
Bref, nous l’écrivions : la continuité dans un service de grande qualité.

Bernard GEERAERD
-    Le patron Vincent Thomaes
-    Aux fourneaux, le chef talentueux Alexandre Van Valck




Rédigé par BG
Posté le 2021-11-06 12:21:03 / ref_article : 573

version : imprimable

Les 5 derniers articles de cette rubrique
RENAISSANCE DES ARMES DE BRUXELLES
reprises par la famille Van Lancker

Le resto nueva Buenos Aires: beau voyage argentin à Ixelles
Le Passage, beau (et excellent) restaurant depuis 25 ans...
Charlotte, un bon resto"fritkot" de chez nous
Victor et son Tasca Tierras del Sur à Tenerife

Les archives de cette rubrique







 

Newsletter


insérer
votre email

 

Partenaires


Vinibel.be

Spécialisé dans la vente de vins en ligne


saveurs-regions.be

Les Saveurs de nos Régions par Guy Delville, chroniqueur gastronomique

Patrimoine des terroirs
L'association de vignerons Patrimoine des Terroirs
réunit une vingtaine de vignerons de 10 régions françaises.

Rhône Tourisme
 

Pub

 

copyright - www.vignoblechos.com - Newsletter Désabonnement

www.WebC.be

Partenaires