Accueil


L'invité(e) du mois

Coups de coeur

Echos du vignoble

A table

La voiture du mois

Et aussi...

Les vins du mois

 

Contact


Informations

 


Votre promotion sur vignoblechos > Plus d'info ici

Retrouvailles avec Patrick Carteyron, Château Penin

          Nous l'avions rencontré en 2008 au salon Prowein de Dusseldorf. Comme ses vins méritaient, selon nous, de le distinguer, nous lui avions proposé de le revoir à Bruxelles, ce qu'il accepta immédiatement et passa par notre capitale avant de rejoindre son vignoble à Génissac, non loin de Saint-Emilion.
Huit ans plus tard, l'occasion nous était donnée de lui rendre la réciproque, aussi venons-nous de le revoir dans ses terres et la belle installation dont il a doté sa propriété à Génissac, Pour mémoire, Patrick Carteyron possède une formation d'oenologue. Représentant la 5ème génération d'une même famille, il a repris es rênes de Château Penin en 1982 après plusieurs années comme consultant attaché à différents châteaux du vignoble français.
          "Tous les ans, on arrache un demi-  ou un hectare que nous replantons aussitôt par de jeunes vignes, la propriété comptant un total de 45 Ha. Les raisins menant au vin blanc ne comptent que trois hectares sur sol d'argile. En rouge, le merlot domine, très peu de cabernet sauvignon (1 ha), explique Patrick Carteyron.
Le cru 2018 s'annonce sous les meilleurs auspices: il a fait très chaud et souvent un peu trop sec. On constate que les vignes souffrent de l'été jusqu'à 15 ans. Au-delà de cet âge, les racines ont poussé et permettent d'aller chercher de l'eau plus profondément. Dans tous les cas, la vigne se plait nettement plus en terrain pauvre. 
          Rechercher des vins pour tous les goûts
Puis, nous nous retrouvons dans l'une des salles où reposent les fûts.
C'est là que Patrick nous explique: "J'ai veillé, au fil des années, à concevoir puis produire des vins de tout type: à boire jeune même très jeune jusqu'à ceux qui méritent une importa nte garde. En outre, il est important de disposer d'un bon outil de travail. Des cuves que l'on peut refroidir ou réchauffer. Pour obtenir la meilleure extraction, voici le rôle du vinificateur: extraire ce qui est bon, laisser le moins bon et arriver à réaliser le produit qu'il a dans la tête.
L'âge des vignes est important. Une vieille vigne produit moins mais des vins plus puissants et plus aptes à vieillir. Cela dit, nous  ne voulons pas produire des vins trop alcoolisés comme nous ne voulons pas que les vignes produisent trop, ce qui en ferait des vins trop dilués.
Combien titrent nos vins? En rouge, entre 13 et 14°. Il faut éviter des vins "fatigants". Reste qu'un vin qui plaît en dégustation n'est pas le même qu'un vin qui plaît à table. De façon générale, les gens recherchent des vins digestes, avec de la fraîcheur, de la vivacité.
Patrick Carteyron travaille avec différents tonneliers. Et il recherche, selon le type de vin différents types de chauffe. L'origine du bois est importante, elle aussi. Et même si certains recourent au châtaignier ou à l'acacia, il maintient son choix pour le chêne. Avec un recourt au chêne américain pour 15% dans la cuvée Grande Sélection (100% merlot et un an de barriques).
          Et face au traitement de la vigne?
          Sur le débat du bio, Patrick Carteyron est clair: les champignons nuisibles sont présents tous les ans. Si on les laisse faire, on n'a pas de récolte du tout. Cette année (2018), par exemple, les champignons ont été très agressifs à cause de la pluviométrie en juin jointe à une grande chaleur. Face aux champignons, la  seule solution se trouve dans des produits antiseptiques même si, en plus, aucun produit n'existe qui tue réellement le champignon. La meilleure solution est de traiter de façon préventive. en bio on utilise le sulfate de cuivre. Il est antiseptique. Il n'est pas dangereux pour l'homme mais il restera dans le sol où il n'est détruit par aucune bactérie. Qui plus est, il tue également les bactéries du sol. Or, il a plus de cent ans que certains utilisent des grosses quantités de sulfate de cuivre. Bref, l'important est d'utiliser les produits le moins nuisible.
Cela dit, je produits un vin appelé "Château Penin "Natur" vinifié et conservé sans ajout de soufre. Mais il faut le faire avec quelques connaissances technologiques. Ce n'est pas de la poésie.
        Le clairet, spécialité-maison
Le château Penin s'est fait une spécialité du clairet. Chaque année, le clairet fait l'objet d'une analyse appelée ICM pour Indice de Coloration Modifiée. Un autre indice existe pour le rosé. A chaque couleur recherchée implique un temps de macération. Il est vrai qu'en Bourgogne, on se croirait en présence de certains pinots noirs. Chez nous, on se trouve en présence ce cépages beaucoup plus colorants que le pinot noir...Ici, on est sur un goût plus fruité. Patrick choisit pour son clairet le merlot dont les tanins sont plus souples que ceux du cabernet. Comme la vinification du clairet se passe en macération, une partie du tanin est extraite. Il préfère extraire du tanin de merlot que de cabernet.
Après la visite plus technique des installations du Château Penin, notre rencontre se conclut par un dejeûner fort sympathique en compagnie de madame Carteyron. La vue du vignoble est impressionnante, toue comme la rigueur de la taille des vignes. Patrick Carteyron s'en explique avec humour:"j'exige de tous mes ouvriers un CAP de coiffure...".
Bernard GEERAERD
---------------------
Légendes:
- Patrick Carteyron dans l'une de ses installations.
- En dégustation avec, en arrière plan, une vigne de merlot.     

Fitou: une appellation du sud à redécouvrir

 Installée dans le sud de la France au bord de la Méditerranée et non loin de la frontière espagnole, l'appellation Fitou célèbre ses 70 ans d'appellation d'origine contrôlée. C'est dès 1935 que le Comité de Défense des Vins de Fitou réclame déjà l'appellation d'origine. Puis, la guerre mondiale ralentit les travaux et il faut attendre la Libération pour qu'une commission spéciale de l'INAO vienne constater "les usages locaux, loyaux et constants" respectés pour la production des vins rouges de Fitou. S'en suivent quelques tensions locales quant à savoir le nom des communes qui feront partie de la nouvelle appellation et finalement, ce sont cinq communes du littoral et quatre de l'intérieur des terres qui constitueront l'AOC Fitou.
 Philippe Stuyck, patron de la revue In Vino Veritas et quelques-uns de ses petits camarades viennent de proposer une sélection des vins de l'appellation qui a, fort heureusement, vu la qualité générale de ses vins s'améliorer grandement.
Côté cépages, le carignan et le grenache, principaux au départ, seront suivis par la syrah avant que soient évoqués à moindre intervention cinsault, terret noir, malvoisie...
 C'est notre confrère Marc Van Hellemont qui orchestrera la dégustation, en présence de Philippe Cros, délégué de l'AOC Languedoc et de Sarah Hargreaves, Britannique travaillant comme PR dans la région.
 On y apprendra notamment que cette appellation est formée de deux parties assez différentes séparées par un plateau. La première, du bord de mer et autour de Fitou a une altitude fort plâne d'environ 50 mètres. L'autre partie du vignoble, en revanche, grimpe entre 170 et 300 mètres autour de Tuchan et de Durban. Cette dernière appartient au massif des Corbières.
 Il est évident que la proximité de la mer apporte une influence de douceur et de salinité au vignoble. Et, comme nous le rappelait un ami possédant une maison dans la région, "300 jours de soleil mais au moins autant de jours de vent". Avec l'avantage que ce dernier nettoie régulièrement les vignes de nombreux de ses insectes nuisibles.
 Il y a le Fitou maritime et le Fitou intérieur
 Cela présenté, l'appellation Fitou a bénéficié de progrès très sensibles de qualité. Comme la plupart des appellations françaises, Fitou a pu bénéficier d'oenologues (diplôme universitaire) permettant à ses vins une amélioration qualitative en évitant l'excès de maturité des raisins, le vieux bois (des foudres), et surtout la mise en avant de l'expression du fruit et de la complexité du vin.
 Découvrons d'abord le Fitou maritime: de la sélection faite par In Vino Veritas, nous avons apprécié et retenu pour commencer le Domaine de Carpy 2014 d'une complexité impressionnante marquée par la fraîcheur mais aussi la maturité. Ce sera ensuite le Domaine Maynadier dont la cuvée 2015 est faite de carignan et de grenache à parts égales de 40%. Un rendement fort limité:
32 hl/ha. Nous en retiendrons une bouche faite de beaux fruits  dont la cerise, et de beaux tanins légers.
  Autre découverte, le Mas des Caprices de la famille Mann, composée d'"anciens alsaciens". Mireille et Pierre Mann quittent la proximité de l'Allemagne,  pour Leucate et la Méditerranée proche. Ils ont fait leurs preuves comme vignerons en Alsace et souhaitent poursuivre leur vie entre soleil et Méditerranée... en version biologique.
Puis, l'appellation Fitou possède de nombreux vignobles et viticulteurs dans sa région "intérieure", soit au coeur des Corbières. Parmi eux, le Domaine du Grand Guilhem, certifié en agriculture biologique. Assemblage de carignan (80%) et grenache (20). Le prix de la bouteille est; quand même, de 25,50€...
Autres exemples de viticulteurs de fitou "intérieure", le Domaine Esclarmonde planté sur 24 hectares autour de la commune de Paziols, ou le jeune domaine Balansa qui sera certifié en bio dès 2019.
Mais on ne peut passer à côté du fameux Domaine Bertrand-Bergé dont les 36 ha de vignoble ont été reconnus en bio depuis 2011. Parmi ses productions, la Cuvée Mégalithes 2016 composée majoritairement de vieilles vignes de carignan assemblés avec du grenache noir.
Ou encore le château de Nouvelles dont nous avons dégusté le millésime 2015, assemblage de 95% de grenache et 5% de syrah, le tout élevé en cuves de béton. Coût 30 € la bouteille.
Comme on peut le constater, le niveau qualitatif des vins est logiquement rejoint par des prix appréciables. Comme la clientèle semble les suivre...
------------
Sur base d'une dégustation et avec le reportage de la revue "In vino Veritas".
-------------
Légende:
Marc Van Hellemont en compagnie de Sarah Hargreaves, Relations publiques et de Philippe Cros, de l'AOC  Languedoc



Rédigé par Bernard GEERAERD
Posté le 2018-09-26 16:34:41 / ref_article : 536

version : imprimable

Les 5 derniers articles de cette rubrique
Retrouvailles avec Patrick Carteyron, Château Penin
Fitou: une appellation du sud à redécouvrir
Le château de la Terrière en Régnié (Beaujolais)
Priorité à la biodynamie chez Gérard Bertrand
Foire aux vins 2017 chez Carrefour

Les archives de cette rubrique







 

Newsletter


insérer
votre email

 

Partenaires


Vinibel.be

Spécialisé dans la vente de vins en ligne


saveurs-regions.be

Les Saveurs de nos Régions par Guy Delville, chroniqueur gastronomique

Patrimoine des terroirs
L'association de vignerons Patrimoine des Terroirs
réunit une vingtaine de vignerons de 10 régions françaises.

Rhône Tourisme
 

Pub

 

copyright - www.vignoblechos.com - Newsletter Désabonnement

www.WebC.be

Partenaires